Le transport de marchandises, définitions et rôles

Share on LinkedIn
Share on Twitter
Share via Email
Avis d'expert
Qu’est-ce que le transport de marchandises ?

Le transport de marchandises est une activité à l’origine du commerce qui consiste à acheminer des flux d’un point A vers un point B, partout dans le monde et selon des délais. Cela est rendu possible grâce à plusieurs modes de transport : routier, ferroviaire, maritime, fluvial et aérien.

Quels sont les différents modes de transports existants ?

Ils sont choisis selon le type de marchandises à acheminer et la destination :

> Routier : le camion est très utilisé pour sa flexibilité et peut être préféré pour des distances allant jusqu’à 2000 km. Controversé pour ses effets polluants, la tendance est au développement des camions roulant au GNV*. Il représente également un coût important en tonnes-kilomètre**. Il existe plusieurs types d’offres notamment : l’affrètement, le lots et complets ainsi que la messagerie palettisée.

> Maritime : le navire possède la plus grosse capacité en tonnes-kilomètre au niveau mondial. Les bateaux peuvent transporter des marchandises très lourdes et volumineuses sur de très longues distances à un prix très bas. Toutefois, la durée du transport est généralement plus longue et implique une immobilisation de la marchandise durant plusieurs jours. Il est souvent qualifié de peu flexible car difficile à modifier au dernier moment. 

> Fluvial : il désigne le transport via des cours d’eaux navigables. Peu coûteux, il consomme moins d’énergie qu’un train ou qu’un camion. C’est aussi un mode de transport peu bruyant et peu polluant, permettant de transporter de grosses quantités de marchandises. En revanche, dépendant des conditions météorologiques, il ne peut être utilisé en cas de crue et est beaucoup plus long que le transport routier ou aérien.

> Ferroviaire : le train est utilisé pour les transports terrestres de plus de 1000 km. Peu coûteux, il présente le meilleur rapport qualité/prix. Il est également plus flexible, les marchandises pouvant être réparties sur plusieurs wagons de plusieurs trains. Cependant, cela implique d’effectuer le trajet vers des destinations proches de gares ou de prévoir un trajet supplémentaire par camions.

> Aérien : l’avion est un type de transport permettant de répondre aux besoins de trajets longue distance et de délais courts. Les frais par tonnes-kilomètre sont élevés et le niveau d’émission de CO2 également. Néanmoins, il est généralement privilégié pour les marchandises ne devant pas être immobilisées trop longtemps.

Les différentes offres de transport routier

Les transporteurs ou commissionnaire de transport proposent différentes offres de transport répondant à tous les besoins : du transport pour des petites comme des grandes quantités de marchandises, sur des besoins réguliers comme exceptionnels. 

> L’affrètement : c’est la prise en location d’une remorque dédiée au client, pour répondre à des besoins urgents, imprévus ou ponctuels. 
La prestation se fait généralement par le biais d’un commissionnaire de transport qui dispose d’affréteurs en contact permanent avec les transporteurs du marché. Il négocie le prix de la prestation et veille à bon déroulement de l’acheminement jusqu’au point d’arrivée.

> Le transport en lots et complets : c’est le chargement complet ou partiel d’une remorque pour répondre à des besoins réguliers dans des liaisons régulières existantes. 

> La messagerie palettisée : c’est la solution pour le transport de petites quantités de marchandises. Le trajet du véhicule est optimisé par le transporteur, en mutualisant les marchandises de ses clients afin de saturer sa capacité maximale de chargement.

Le secteur du transport routier était animé par une hausse du transport national en 2019 puis l’année 2020 a fortement ralenti cette hausse en raison du contexte sanitaire. Globalement, le marché du transport routier devrait croître d’environ 8% à l’horizon 2030.

Le rôle de commissionnaire VS celui du transporteur

On distingue deux statuts principaux parmi les acteurs du transport :
> Les transporteurs : nombreux sur le marché, les transporteurs assurent l’acheminement de marchandises d’un point à un autre. Profession très réglementée et dont les lois varient selon les pays, le transporteur doit gérer son parc de véhicules et ses salariés, tout en gérant la relation clients ainsi que la planification des enlèvements et des liaisons. Le métier de transporteur nécessite une polyvalence ainsi qu’une maîtrise parfaite du marché. L’arrivée des commissionnaires de transport permet de les décharger de la partie relationnelle et administrative des liaisons.

> Les commissionnaires de transport : ils font désormais partie des acteurs incontournables du secteur du transport routier. Le commissionnaire ne possède pas de flotte de transport en son nom propre mais il crée des partenariats avec des réseaux de transporteurs. Cela lui permet d’organiser des liaisons sur tout son périmètre en ayant une offre plus diversifiée à proposer à ses clients. Travaillant à l’aide d’un TMS (Transport Management System) qui lui permet de suivre la marchandise en temps réel et de gérer les documents liés au transport, le commissionnaire de transport se charge d’organiser toute l’opération : trouver la liaison, gérer le contrat, adresser l’ordre d’expédition, etc.

Quel avenir pour le transport routier en France ?

Enjeu écologique et majeur, le réchauffement climatique est une problématique incontournable et les initiatives des acteurs de la supply chain se multiplient. 
On voit se développer l’utilisation de véhicules roulant au gaz (GNV). Ils permettent de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 20% et contribuent à améliorer la qualité de l’air. D’autres expérimentations se mettent en place pour limiter les impacts : 

> Le platooning : il permet de créer un système de circulation de camions poids lourds, dont le véhicule de tête retransmet toutes les informations aux véhicules qui le suivent. Si le premier camion rencontre un obstacle qui l’oblige à freiner, les véhicules du peloton en sont immédiatement avertis, ce qui leur permet de freiner en même temps sans danger. Ce système nécessite une technologie particulière qui représente un coût pour le transporteur lors de l’achat de ses véhicules.

> L’éco conduite : c’est un comportement de conduite qui permet de réduire la consommation de carburant et ainsi, de diminuer les émissions de gaz à effet de serre. 

> Les Crit’air :  ce sont des vignettes permettant de qualifier un véhicule selon son niveau d’émissions polluantes. Les jours de pic de pollution, le gouvernement n’autorise la circulation que des véhicules d’un certain Crit’air.

> Les véhicules hydrogènes : les camions hydrogènes fonctionnent à l’aide de piles à combustibles et de réservoirs prévus pour stocker cette énergie. Le fonctionnement de l’hydrogène est assez similaire à celui de moteurs classiques, simplement, l’énergie est générée par le contact entre l’hydrogène et les piles à combustibles. Très valorisés actuellement, les camions hydrogènes sont zéro émissions et coïncident pleinement aux normes environnementales en vigueur. 

* Gaz Naturel pour Véhicules
** Quantité de transport qui se calcule par le produit de la masse transportée en tonnes (t) par la distance parcourue en kilomètres (km).

Du nouveau

chez VIAPOST !

Actualités
Responsable méthode maintenance – Témoignage...
Pierre-Henry a rejoint Viapost en 2019 en tant qu’ingénieur méthode maintenance. Rapidement, il est devenu responsable...
lire la suite
Actualités
Pour sa 1ère enquête NPS, Viapost obtient...
Entre le 18 octobre et le 12 novembre, une enquête a été envoyée à près d’un millier de contacts...
lire la suite
Actualités
4 duos formés à l’occasion du Duo Day...
Ce 18 novembre 2021, Viapost participe au Duo Day, une journée durant laquelle une personne externe et en situation de handicap compose...
lire la suite