Plateformes Logistiques : l’adaptation de la maintenance des machines industrielles face au risque de pénurie de pièces détachées

Share on LinkedIn
Share on Twitter
Share via Email
Avis d'expert

Dans le monde de l’industrie, assurer une bonne maintenance industrielle des équipements de production est indispensable pour maintenir la productivité de l’activité logistique au sein des entrepôts. Pour cela, les techniciens de maintenance dispensent un entretien régulier des machines industrielles, en s’appuyant sur un outil de GMAO leur permettant un suivi des interventions et des causes ainsi qu’une gestion des stocks de pièces détachées.

 

Sur ce dernier point, les tensions politiques sur la scène mondiale mettent à mal le réapprovisionnement en pièces détachées et les techniciens de maintenance doivent mener un véritable travail d’anticipation.

Comment assurer une gestion millimétrée des stocks de pièces détachées ?

La complexité à gérer des inventaires et à disposer de surfaces suffisantes exige une stratégie solide de contrôle et de suivi des stocks de pièces détachées. Pour les équipes de maintenance, c’est un réel travail d’équilibriste qu’ils doivent mener sur l’ensemble des références de pièces pour constituer un « juste » stock garantissant la continuité de la chaîne de production. Cela nécessite la prise en compte des temps d’usure (rotation), des niveaux de criticité, des fins de série ainsi qu’un questionnement sur les lieux d’implantation des stocks.

 

Le suivi des seuils de réapprovisionnement par la data

Les sociétés disposant d’une expertise en maintenance industrielle comme Viapost exploitent la data afin de piloter leur activité de maintenance.

En matière de gestion de pièces détachées, les équipes de maintenance configurent des seuils d’alerte afin d’être prévenues automatiquement quand une référence de pièce à un niveau de stock critique : « Plus la pièce est consommée fréquemment, plus nous définissons un seuil d’alerte fort. En cas de risque de pénurie identifié ou de délais d’approvisionnement allongés, ce seuil peut être ajusté » nous explique Pierre-Henry BARBEAU, responsable Méthode Maintenance Industrielle de Viapost. À cela s’ajoute le suivi de toutes les interventions des techniciens de maintenance dans leur outil de GMAO. Ils y saisissent les compte-rendu de maintenance préventive, de dépannage, de réparation de pièces en atelier, de consommation des pièces de rechange et de projet d’amélioration.

« Demain, nous pourrions même espérer que l’intelligence artificielle, alimentée par des capteurs installés sur les équipements, remplace cette opération de saisie dans la GMAO par les techniciens. En ayant les données des machines enrichies par les données d’intervention, nous serions en bonne voie vers la maintenance prédictive mais nous n’en sommes pas encore là » précise Pierre-Henry.

 

Le choix du lieu d’implantation des stocks de pièces pour la maintenance industrielle

Travaillant pour la maintenance industrielle de ses propres équipements logistiques et de ceux de clients comme La Poste ou Relais Colis, Viapost a fait le choix d’implanter un stock central de pièces détachées en Ile-de-France : « Nous avons préféré gérer notre stock de façon centralisée plutôt que par établissement dans la but d’optimiser l’espace de stockage et la rotation des pièces. Nous avons fait le choix d’un lieu d’implantation qui connecte à toute la France » pointe Pierre-Henry.

« Maintenir un équipement sans avoir toutes les pièces de rechange et avec des milliers de références est une problématique. Il convient donc bien les choisir et de les mettre au bon endroit pour être au plus près des d’intervention », estime Pierre-Henry BARBEAU responsable Méthode Maintenance Industrielle de Viapost.

Comment réduire les délais de réapprovisionnement en pièces détachées ?

En cas d’arrêt d’une machine, l’ensemble de la chaîne logistique est interrompue. La réactivité dans la résolution des pannes est alors primordiale. Cette course contre la montre agit directement sur la façon de gérer l’approvisionnement de pièces détachées.

 

Elargir le vivier des fournisseurs et fabricants de pièces d’équipements logistiques

Viapost privilégie le sourcing de fournisseurs de type PME en usinage ou chaudronneries et en proximité des sites de production sur lesquelles l’entreprise intervient afin de limiter les délais d’acheminement et encourager le travail local : « Nous veillons scrupuleusement à la qualité des pièces tout comme à la réactivité de production. Ceux sont pour nous les deux principaux critères tout en travaillant également sur la tarification au vu des quantités commandées » précise Pierre-Henry.

D’autre part, « dans le contexte actuel, les entreprises cherchent à sécuriser leurs outils de production en faisant du sur-stock, créant ainsi une pénurie anticipée de certaines références. Nous avons donc commencé à travailler sur le contre typage de pièces mécaniques ».

Ce contre-typage consiste à faire fabriquer, par n’importe quel fabricant, une pièce détachée à partir d'une pièce existante soit en la réparant soit en en créant une nouvelle avec les mêmes fonctionnalités. Ainsi, les équipes de maintenance parviennent à réduire les délais et coûts de fabrication en s’approvisionnant plus facilement.

 

Etudier de près l’alternative de l’impression 3D

Sur le devant de la scène depuis quelques années, l'impression 3D intéresse. Au lieu de gérer des stocks de références multiples, certains réfléchissent à la fabrication à la demande.

Cette technologie trouve son intérêt sur des pièces d’équipements anciens, dont la production a cessé mais qui restent utilisés par les logisticiens. Elle ne peut évidemment pas concerner toutes les pièces. « Il s’agit d’une possibilité sur des petites pièces plastiques avec un très grand rendement pour que l’acquisition d’une machine d’impression 3D devienne rentable. Par exemple, cela trouve un sens pour le remplacement des pièces de trieurs très sollicités à certains moments comme ceux de Viapost ou La Poste qui tournent à plein régime sur la période de fin d’année » estime Pierre-Henry.

Et demain en intégrant une dimension environnementale ?

Viapost veut aller plus loin en intégrant une préoccupation environnementale dans la gestion des pièces détachées de ses clients. Les équipes de maintenance de l’entreprise veulent travailler sur les possibilités de recyclage des pièces détachées.  « Nous sommes toujours plein d’idées pour développer notre activité et répondre aux exigences de nos clients. L’idée serait de pouvoir recycler des pièces de machines destinées au rebut mais cela sous-entend de trouver des machines identiques à celles de nos clients » termine Pierre-Henry BARBEAU.

Viapost réalise la maintenance des équipements industriels

Viapost accompagne les logisticiens dans l’entretien de leurs machines industrielles avec des techniciens intervenant partout en France :

> en équipe postée, intégrés quotidiennement au cœur de l’activité logistique des clients

> en présence partielle au travers d’interventions régulières, convenues ou à la demande

> en intervention sur devis dans le cadre d’un besoin spécifique

Les techniciens de maintenance de Viapost disposent d’une expertise multi-technologies et multi-marques.

Du nouveau

chez VIAPOST !

technicien de maintenance itinerant viapost
Carrière
Métier : Yancoubou nous fait découvrir...
Yancoubou est technicien de maintenance itinérant chez Viapost. Il nous fait découvrir son métier et ses missions....
lire la suite
Coalition retrofit H2
Actualités
Viapost, acteur de la « Coalition Rétrofit...
La Coalition Rétrofit Hydrogène, qui s’est réunie pour la première fois ce 13 janvier, est un regroupement...
lire la suite
article Viapost journal la semaine de nancy
Dans la presse
Logistique : pour atteindre la neutralité...
Logistique, transport : le défi environnemental est aussi colossal que nécessaire.
lire la suite